Mot à dire 

Les chamboulements du monde qu'on voit défiler devant nous comme le terrorisme, les guerres, la pandémie Covid-19, les tensions entre pays, l'effondrement de l'économie mondiale touchant principalement les peuples(et non leurs élites), la révolution sexuelle, le réchauffement climatique, la violence, etc...proviennent d'une certaine théorie promouvant le chaos et la destruction pour construire un monde à l'image des tenants de cette théorie. 

La théorie du chaos implique le contrôle du monde et son asservissement par les kabbalistes et leurs gourous(1).

D’après la Kabbale, qui est la doctrine secrète du Judaïsme et de la Franc-maçonnerie, « le mal et les catastrophes sont des facteurs endémiques du processus de création. Sans mal il ne peut y avoir de bien, sans destruction, la création ne peut pas s’accomplir. » (La Kabbale : Une introduction au mysticisme Juif, par Byron L. Sherwin, p.72)

51iHtkGG08L

Par ailleurs,dans l’ouvrage « You Gentiles » (Vous les Gentils) (1924) Maurice Samuel écrit :
« En tout, nous sommes les destructeurs – y compris les éléments de destruction vers lesquels nous nous tournons pour trouver un soulagement… Nous les juifs, nous, les destructeurs, resterons les destructeurs à tout jamais. Rien de ce que vous ferez ne rassasiera jamais nos besoins et nos demandes. Nous détruirons toujours tout parce que nous voulons un monde à notre image. » (p.155)

413baMkyOrL

 1928, Marcus Ravage, un biographe juif des Rothschild a écrit un essai intitulé : « The Real Case Against the Jews. »:

« Vous n’avez pas encore commencé d’apprécier la profondeur réelle de notre culpabilité. Nous sommes les semeurs de discorde. Nous sommes les pervertisseurs. Nous avons pris votre monde naturel, vos idéaux, votre destinée et les avons ravagés. Nous avons été à l’origine pas simplement de la dernière grande guerre mais de pratiquement toutes vos guerres, pas seulement du soulèvement bolchévique mais de toutes les autres révolutions majeures de votre histoire. Nous avons fomenté la discorde, la confusion et la frustration au sein de votre vie personnelle et publique. Nous le faisons encore. Personne n’est capable de dire combien de temps nous continuerons à le faire. »
(THE CENTURY MAGAZINE, JANVIER 1928, Vol.115, No.3, pp. 346-350)

41FTA0umAcL

 

(1)"Les Goyim ont été créés pour servir le Juif jour et nuit. Dieu les créa sous forme d’homme en l’honneur du Juif car il ne peut convenir à un prince (et tout compatriote de Juda le pendu est un prince) d’être servi par un animal sous forme de quadrupède." (Rabbin Elijah ben Solomon Abraham, ha-Kohen, 

Sepher Nedrash Talpoth, édition de Varsovie, 1875, page 225)

« Les Goyims sont nés seulement pour nous servir » déclare le grand rabbin séfarade israélien Ovadia Yosef(voir vidéo ci-dessous, cliquer sur l’image) :

 

 

Le destructionnisme ou le chaos a fait l'objet du film Joker tel qu'expliqué ci-dessous.

Un aperçu du film :

 

Grini1613 

 

The Joker: A Premonition

 

 

C'est il y a deux ans et quelques mois - quelques mois seulement avant les confinements - que je me suis traîné pour voir Le Joker, un film que je redoutais mais que j'ai fini par respecter.

    "C'est un film sur la descente d'un homme dans la folie", m'a dit le preneur de billets. "Rien d'autre." ...

Pour résumer : sa vie ne marchait pas ; il a trouvé quelque chose qui marchait pour lui finalement. Puis il l'a embrassée.

Quelle est cette chose qu'il a embrassée ?

Elle a un nom particulier dans l'histoire des idées : le Destructionnisme. Ce n'est pas seulement un penchant ; c'est une idéologie, une idéologie qui prétend donner une forme à l'histoire et un sens à la vie. Cette idéologie dit que le seul but de l'action dans la vie d'une personne devrait être de démolir ce que les autres ont créé, y compris les libertés et les vies des autres.

Cette idéologie devient nécessaire parce que faire le bien semble pratiquement impossible, parce que l'on a toujours besoin de faire une différence dans le monde pour sentir que sa vie a une certaine direction, et parce que faire le mal est facile. L'idéologie du destructionnisme permet à une personne de rationaliser le fait que le mal prépare au moins d'une certaine manière le terrain pour un meilleur état de la société dans le futur.

Quel est cet état meilleur ? Cela pourrait être n'importe quoi. C'est peut-être un monde dans lequel chacun possède tout de manière égale. Peut-être que c'est un monde sans bonheur ou un monde avec un bonheur universel. C'est peut-être un monde sans foi. C'est peut-être une production nationale sans commerce international. C'est une dictature - la société se conformant à la volonté unique. C'est l'absence de patriarcat, un monde sans combustibles fossiles, une économie sans propriété privée et sans technologie, une production sans division du travail. Une société à la moralité parfaite. L'ascendance d'une seule religion. Un monde sans microbe !

Quoi qu'il en soit, il est illibéral et donc inapplicable et irréalisable, de sorte que le partisan doit finalement trouver du réconfort non pas en créant mais en détruisant l'ordre existant.

(Auteur-réalisateur Todd Bunzi)

La première fois que j'ai lu ce concept, c'était dans le livre Socialisme de Ludwig von Mises, paru en 1922. Il l'évoque vers la fin après avoir prouvé que le socialisme classique lui-même est conceptuellement impossible. S'il n'y a rien de positif à faire, aucun plan réel pour réaliser quoi que ce soit de socialement bénéfique ; parce que toute l'idée est absurde au départ, les partisans doivent soit abandonner la théorie, soit trouver satisfaction dans la démolition de la société telle qu'elle existe actuellement.

Le destructivisme devient une psychologie de l'épave transmise par une idéologie qui est un échec par nécessité de la théorie et de la pratique.

Le Joker a échoué dans la vie et se met donc à la détruire pour les autres. Il en va de même pour ceux qui sont consumés par une vision idéologique à laquelle le monde refuse obstinément de se conformer.

C'est pourquoi toute interprétation gauche/droite (en termes politiques) du Joker est trop limitée..

COVID PREMONITION

Le film est sorti quelques mois seulement avant les confinements dus au virus. C'était une prémonition ? Probablement d'une certaine manière. A cette époque, nous étions gavés par les médias et la politique de visions insensées sur la façon dont la société devrait fonctionner. Il ne faut pas s'étonner que ces visionnaires se tournent finalement vers la colère, puis vers la déshumanisation de leurs adversaires, et enfin vers des plans de démolition de ce qui existe, juste pour le plaisir.

Ceci peut être le commerce mondial, la consommation d'énergie, la diversité, le choix humain en général, la liberté d'association, le chaos de l'entreprise, l'existence des riches, une race dégénérée, la frustration d'un homme face à son absence de pouvoir effectif. Presque personne n'a imaginé ce qui allait devenir la base idéologique du Destructionnisme : le contrôle pathogène.

Le Destructionnisme est la deuxième étape de toute vision irréalisable de ce que devrait être la société face à une réalité qui refuse de s'y conformer. Le Destructionnisme s'avère également étrangement convaincant pour les mouvements populistes soucieux d'extérioriser leurs ennemis (les infectés, les non-vaccinés) et de frapper les forces qui s'opposent à leur réaffirmation du pouvoir.

Enfin, ces personnes trouvent une satisfaction dans la destruction - comme une fin en soi - parce qu'elle les fait se sentir vivants et donne un sens à leur vie.

Le Joker n'est donc pas seulement un homme, pas seulement un fou, mais l'instanciation des dangers insensés et morbides associés à un échec personnel persistant soutenu par la conviction que lorsqu'il existe un conflit fondamental entre une vision et la réalité, il ne peut être résolu que par la création du chaos et de la souffrance. Aussi désagréable qu'il soit, Le Joker est le film qu'il fallait voir pour comprendre et ensuite se préparer aux horreurs que cette mentalité incontrôlée peut déclencher et a déclenché dans le monde.

L'idée des confinements était littéralement impensable jusqu'à ce qu'elle soit soudainement généralisée à la fin du mois de février 2020. Quelques semaines plus tard, c'est devenu une réalité. On nous a dit que c'était pour arrêter un virus. Cela a complètement échoué sur le front, mais cela a permis d'atteindre autre chose. Les blocages et maintenant les mandats ont permis à une élite dirigeante d'expérimenter une nouvelle théorie sur le fonctionnement de la vie. L'échec de leurs efforts est partout évident.

Vont-ils s'arrêter maintenant ? Ou trouvent-ils de nouvelles façons de détruire qui créent plus de chaos, plus de distractions, plus d'instabilité, plus de hasard, plus d'expériences avec l'impensable ?

Le Joker a créé des imitateurs.

Traduction de l'anglais par Grini1613 via Google Traduction 

Source :

 

The Joker: A Premonition ⋆ Brownstone Institute

The Joker is not just one man, not just a crazy person, but the instantiation of the insane and morbid dangers associated with persistent personal failure backed by a conviction that when there is a fundamental conflict between a vision and reality, it can only be solved by the creation of chaos and suffering.

https://brownstone.org